Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Rhino Info Medias

Rhinocinos : "Gaspard va au mariage", une fraîcheur qui fait du bien

Rhinocinos : "Gaspard va au mariage", une fraîcheur qui fait du bien

Gaspard va au mariage de Antony Cordier, c'est l'histoire de Gaspard qui se rend dans le zoo familial à l'occasion du mariage de son père. Jusque-là pas de surprise, tout est dans le titre. Mais, en chemin, il rencontre Laura, une jeune femme à laquelle il propose de venir avec lui.

Délicieusement absurde, mêlant à la perfection humour, amour et tensions le film à tout ce qu'il faut là où il faut. Porté par de superbes acteurs, le seul reproche que l'on peut lui faire est peut-être la prévisibilité du scénario. Félix Moati (Gaspard) mérite clairement la reconnaissance que le cinéma tarde à lui apporter après deux nominations au César du Meilleur jeune espoir. Christa Théret (Coline) est incroyablement crédible dans son rôle de jeune femme qui vit comme une ourse. Laetitia Dosch (Laura) est excentrique à point. Guillaume Gouix (Virgil) apporte tout le sérieux qui aurait pu manqué tout en offrant une scène de danse mémorable. Johan Heldenbergh (Max) en père à côté de la plaque est magistral. Et on ne pouvait rêver mieux que Marina Foïs (Peggy) pour conclure ce casting 6 étoiles, tant l'absurde lui va bien.

Bref un film qui donne le sourire. Tout cela sans compter la présence d'un rhinocéros parmi les pensionnaires du zoo. Pour une première, on ne pouvait pas mieux tomber.

Sont également sortis en salle cette semaine :

Une saison en France de Mahamat-Saleh Haroun, qui conte le quotidien d'Abbas en attente d'un statut de réfugié après avoir du fuir la guerre en Centrafrique. Un film tristement d'actualité avec une scène finale poignante mais dont la justesse du jeu d'acteur laisse parfois à désirer.

Sparring de Samuel Jouy, l'histoire d'un boxer loser en fin de carrière qui devient sparring partner d'une star du moment. Kassovitz, qui tient le rôle principal, n'est pas mauvais mais est loin d'être flamboyant. La boxe n'est qu'un argument annexe du scénario et les scènes qui en contiennent sont, pour la plupart, sans grand intérêt. Enfin, le film ne décolle jamais vraiment, préférant s'enfermer dans de la guimauve. Le cliché par excellence du film français.

Mais aussi : Wonder Wheel de Woody Allen, Horse Soldiers de Nicolai Fuglsig, L'Insulte de Ziad Doueiri, Les Tuches 3 d'Olivier Baroux, Voyoucratie de FGKO, Oh Lucy ! de Atsuko Hirayanagi, Zéro Phyto 100% Bio de Guillaume Bodin, Centaure de et avec Aktan Arym Kubat, Indivisibili de Edoardo De Angelis, Non de Eñaut Castagnet et Ximun Fuchs, Être plutôt qu'avoir : à l'école autrement d'Agnès Fouilleux et Mémoires du 304 de Pascal Luneau.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article